Johnny Hallyday et le grand banquet
forum alternant tout ce qui concerne Johnny Hallyday avec nous.

1965

Aller en bas

1965

Message par Hello le Mer 26 Déc 2018, 09:08

Very Happy
avatar
Hello
Chef coq indien

Points : 260647
Messages : 245631
Réputation : 447
Date d'inscription : 06/11/2009
Age : 48

http://johnny-hallyday-4.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1965

Message par Hello le Mer 26 Déc 2018, 22:12

1965 : mariage et divorces


Le 13 janvier 1965, Johnny Hallyday donne un concert depuis la caserne d'Offenburg. Le show est diffusé à la télévision française dans l'émission "Age tendre et tête de bois".

En février paraît le 45T "Johnny lui dit adieu". C'est un premier échec commercial. Le son a changé, le rock s'est mué en variété rythmée et cette fragilité assumée dans les paroles de la chanson déroute les fans. Le disque contient aussi l'adaptation "Maudite rivière".

Sentant la vague du yéyé refluer, le chanteur fait paraître une lettre dans le magazine Salut les Copains de mars. Il y réaffirme son engagement et sa fidélité au rock, tout en reconnaissant le déferlement d'une nouvelle variété française, portée par Adamo, qui le détrône dans le classement des meilleures ventes.

Le 12 avril, Johnny épouse Sylvie Vartan, à Loconville. Il profite de ces quelques jours pour effectuer de nouveaux enregistrements.

Début mai paraît le 45T "Quand revient la nuit". C'est un succès immédiat. On note sur certains titres des arrangements fouillés, comme sur "Les monts près du ciel", qui lance la technique du re-recording. Pas moins de 70 prises ont été nécessaires à l'enregistrement de ce disque. Le groupe qui joue derrière s'appelle les Lionceaux. Ils accompagnent aussi le jeune Herbert Léonard. Les chansons moins rock sont arrangées par Eddie Vartan et son orchestre.

En juin, les époux Hallyday partent en voyage de noces.

Début juillet paraît un nouvel album : "Hallelujah". Est-ce une allusion au Inch'Allah d'Adamo? L'album contient en tous cas un titre très marqué par la religion chrétienne, "Pour nos joies et pour nos peines". On y retrouve aussi deux nouvelles adaptations des Beatles, "Rock'n'roll musique" et "On a ses jours" ("She's a woman"). Globalement, le disque paraît inachevé et le son rock n'est revendiqué qu'à moitié. Les ventes s'en ressentent douloureusement.



Fin juillet est extrait de l'album le 45T "Mes yeux sont fous", une jolie mélodie portée par des arrangements soignés, qui ne fera pas date.

En août, Johnny participe à la Fête de la Bière à Strasbourg. Il y chante des refrains de la culture populaire, tels que La Carmagnole.
Le 28 de ce mois, c'est enfin la quille. Johnny aura passé seize mois sous les drapeaux.
Dès le lendemain, le chanteur entreprend une tournée des grandes villes françaises. Jusqu'au 6 septembre, il vient se rappeler au bon souvenir de son public.

En octobre, Johnny et Sylvie emménagent dans un luxueux appartement à Neuilly-sur-Scène, avenue de la Roule. Il s'agit d'un cinq pièces réalisé à partir de deux appartements, aux murs recouverts de tissu et de boiseries.   L'agencement a été confié à un ami, Christian Gérard. Coût de l'achat et de la décoration : 80 millions d'anciens francs. Johnny y a fait installer un piano-crapaud, au milieu de collections de badges, de voitures miniatures et de la collection complète des oeuvres de Molière, dans son édition de 1753...

Rangé des voitures, Johnny? L'avenir dira le contraire...  Toujours est-il que le 8 octobre, ils sont présentés à la Reine d'Angleterre. Ce mois-ci voit aussi le chanteur entamer une série de nouveaux enregistrements, dont certains à Londres avec l'orchestre d'Ivor Raymonde, qui a travaillé avec les Walker Brothers.

Le 22 octobre paraît le 45T Mon anneau d'or, en référence à sa nouvelle situation conjugale. C'est un échec commercial.

Le 17 novembre paraît l'album "Johnny chante Hallyday", dont une version limitée en velours rouge est aujourd'hui très prisée des collectionneurs. Les chansons ont toutes été composées par le chanteur lui-même, la plupart lors de son service militaire. Les partitions sont jouées par des musiciens anglais, à l'exception du fidèle sax Jean Tosan, de tous les orchestres depuis 5 ans, et du nouveau pianiste, Raymond Donnez (qui écrira plus tard des chansons pour Elsa). Les paroles hésitent entre néo-réalisme ("A deux heures de chez toi", "Toi qui t'en vas", "Dis à mon frère") et des cocasseries ("Le diable me pardonne", "Je bois à sa santé", sorte de sous - Nino Ferrer) qui ne sont pas du meilleur effet. L'album est un échec cuisant qui enfonce le clou du précédent : 80 000 ventes à peine, contre 400 000 exemplaires pour les albums parus entre 1961 et 1964. L'heure est au doute.



Le 18 novembre Johnny entame une série de concerts à l'Olympia. Il y restera jusqu'au 25 décembre. La salle n'est pas pleine tous les soirs. Le show est mal rôdé, mais dans le cafouillage, Johnny reprend des titres soul et ryhtm'n'blues qui sauvent l'honneur, tels que "I've got money", de James Brown. L'Olympia 65 est la seule prestation scénique de Johnny à n'avoir jamais fait l'objet d'un disque.

Le 31 décembre, Johnny et Sylvie font leur show télé sous l'oeil de Jean-Christophe Averty. Ils chantent ensemble "Un cocktail pour deux".
avatar
Hello
Chef coq indien

Points : 260647
Messages : 245631
Réputation : 447
Date d'inscription : 06/11/2009
Age : 48

http://johnny-hallyday-4.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1965

Message par Hello le Dim 30 Déc 2018, 22:51











Johnny HALLYDAY - Hallelujah (1965)



Au bout d'un an, Johnny HALLYDAY commence à voir le bout du service militaire, et pour première pierre d'une nouvelle vie, il épouse sa chère et tendre Sylvie VARTAN au mois d'avril 1965. La quille est pour fin août, mais l'armée a déjà décidé quelques semaines avant de lui permettre de publier ses disques sans s'afficher en uniforme sur les pochettes.

C'est ainsi qu'on le voit se cramponner à un train qui le ramène à sa chère Amérique artistiquement parlant, poser en rockeur de nouveau accompli, sur l'image du moins, car après une année erratique et à compter de ce Hallelujah (sorti en juillet 65), il lui faudra bien attendre une année avant de remonter la pente.

On peut entendre sur ce disque, combien c'est toujours laborieux pour lui. Le titre est repris de la version originale d'une chanson traditionnelle, adaptée par l'ami Jean-Jacques DEBOUT en "Pour Nos Joies, Pour Nos Peines", une jolie ballade country avec choeur gospel. Une fois de plus, rien à voir avec le rock'n'roll rugueux du premier semestre 64, et la plus grande partie de ce nouvel opus confirme une telle impression.

Le chant de Johnny est plus souvent doux, porté par des mélodies agréables malgré quelques moments passe-partout. Le texte de "Les Monts Près du Ciel", écrit par Hubert Wayaffe, animateur de la radio Europe 1, peine à convaincre sur une musique blues pourtant sympathique. Sur "Tu Ne Me Verras Pas Pleurer", le patron est obligé de doubler sa voix pour pallier le manque d'arrangements séduisants, dommage pour cette belle mélodie que l'on doit à Mick Jones. Le guitariste est présent, le batteur Tommy Brown aussi, mais on reparlera d'eux plus tard, en mieux.

Outre les guitares, le piano et les cordes mènent ce nouveau disque à l'esprit Motown et aux charmes timides, passablement dynamisé par une reprise de Chuck BERRY ("Rock and Roll Musique") où Johnny force beaucoup sur sa voix. On préfère l'adaptation de la signature rythmique de Bo DIDDLEY, très r'n'b, sur le très bon "Va t'en". C'est la première fois que le nom de Gilles Thibaut apparaît dans les crédits (ainsi que pour "Mes Yeux Sont Fous", moins marquant), et on aura là aussi le temps d'y revenir. Au même niveau de qualité, le Johnny rock fait une percée digne de son rang sur "Celui Qui t'a Fait Pleurer", une des quatre ou cinq réussites du disque.

D'ailleurs, si les cuivres absents reviennent pour "Juste un Peu de Temps", l'orchestre de Jacques Denjean et le groupe choriste Les Lionceaux, qui accompagnent Johnny depuis son Olympia 64, s'illustrent beaucoup mieux sur "Quand Revient la Nuit", originellement "Mr Lonely" de Bobby VINTON. Par rapport à la reprise honteuse d'un certain rappeur AKON dans les années 2000 (désolé pour l'anachronisme), le jeune Johnny HALLYDAY, 22 ans, s'en sort avec les honneurs et délivre un nouveau petit bijou, meilleur que l'original même, chose rare en studio à cette époque pour lui. Après qu'il l'a retenue en 1961-62, la nuit revient pour lui et use de toute sa grâce, jusque dans sa voix.

En revanche, dans sa discographie pantagruélique, Hallelujah ne fait pas date, ni plus ni moins que l'autre disque qu'il publie en 1965. Sur l'EP qui suit juste après, on trouve, outre "Mes Yeux Sont Fous" et "Va t'en", un slow inédit, "Reviens Donc Chez Nous", peu intéressant, au contraire de "Dans ce Train" et de son tempo bluegrass, assez court mais avenant.




avatar
Hello
Chef coq indien

Points : 260647
Messages : 245631
Réputation : 447
Date d'inscription : 06/11/2009
Age : 48

http://johnny-hallyday-4.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1965

Message par Hello le Dim 30 Déc 2018, 22:53










Johnny HALLYDAY - Johnny Chante Hallyday (1965)


Nous sommes au mois de novembre 1965. Johnny a fini son service militaire depuis trois mois, et a tenté de retrouver son public, notamment grâce à son cher Olympia qui lui est réservé pendant tout un mois de l'automne. Cependant, tout n'est pas rose à la cour du roi HALLYDAY, et entre les étés 65 et 66, il connaît bien des difficultés. Dans un premier temps, cela se manifeste d'une manière professionnelle.

Depuis "Le Pénitencier", l'artiste n'a fourni aucun tube définitif, et ni Hallelujah ni son dernier album en date n'arrangent les choses. En concert, dans ses différents galas comme à l'Olympia, il mise pourtant beaucoup sur ces dernières productions en ce qui concerne le choix des chansons. Ce qu'il a fait avant ? À part "Le Pénitencier", tout est expédié en un medley de moins de cinq minutes au début des shows : "Pour Moi la Vie Va Commencer", "Retiens la Nuit", "La Bagarre", "Elle Est Terrible", "Souvenirs, Souvenirs"... De quoi dérouter largement son public qui ne remplit même plus les salles lors du passage de son idole, et de façon récurrente.

Johnny incompris et prenant des risques, c'est le maître mot de cet album où il dit se chanter lui-même. Face à l'adversité, HALLYDAY creuse encore plus profond et propose un 33 tours qu'il a entièrement composé lui-même (sauf un morceau co-écrit avec son désormais réel beau-frère, Eddie Vartan) sur des paroles de son nouvel ami Gilles Thibaut, en grande majorité. Quand on entend dire que Johnny ne connaît pas une seule note, voilà de quoi prouver le contraire, sans oublier qu'une partie de ses anciennes (et futures) chansons contiennent son empreinte également, mais rarement exclusive comme c'est le cas ici.

Bien sûr, son niveau ne lui permet pas d'écrire des oeuvres épiques et fournies en termes de création. Il fait comme tout le monde, quatre accords de guitare et du yaourt au chant, doit s'appuyer sur les personnalités qui l'entourent, Lee son père, Eddie et les autres musiciens qui l'accompagnent, Jean Tosan (seul repêché de ses plus jeunes années de musicien), l'excellent Raymond Donnez aux claviers. Contrairement aux efforts précédents, les cuivres sont plus présents que les cordes sur ce disque à forte couleur rhythm'n'blues/Motown, comme en atteste "Ne Joue Pas Ce Jeu-là", un très bon texte de Gilles Thibaut qui fait suite à "Excuse-Moi Partenaire" et sans pitié pour le rival.

La pochette au médaillon est touchante si on l'illustre musicalement par "Mon Anneau d'Or", où Thibaut évoque le mariage de Johnny et Sylvie avec délicatesse. Une ballade country aux sonorités précieuses, à la fois pour le clavecin de Raymond Donnez (presque aussi classieux que son orgue du "Pénitencier") et le chant de Johnny qui a rarement été aussi grave et crooner à la fois, sans excès, simplement magnifique. Pas de "Quand Revient la Nuit" sur ce disque, mais parmi les tempos lents, "Toi Qui t'en Vas" est un blues fort bienvenu où le patron, on ne peut plus appliqué, délivre une prestation fragile et de toute beauté. Quel chanteur, bon sang !

Et quel interprète ! Deux chansons dévoilent plus de malice qu'à l'accoutumée, ce sont "Le Diable Me Pardonne", très cynique, et "Je Bois à Sa Santé", preuve que Gilles Thibaut méritait plus de place, quitte à faire moins d'adaptations de titres américains. Sur "Je Bois à Sa Santé", le rire de Johnny jouant l'ivrogne – à qui une fille pose un lapin, c'est du moins ce qu'il croit ! - n'est pas aussi dérangeant que celui d'Elvis sur sa future interprétation de "Are You Lonesome Tonight?".

À la fin du disque, le court mais joli "Dis à Mon Frère", qui contient des guitares 12 cordes façon BYRDS comme d'autres chansons ("Ne Crois Pas Ça", beau texte plus sérieux en hommage au président Kennedy), chose que l'on apprécie, est écrit par Long Chris, un vieil ami de Johnny dont on pourra reparler ensuite. Voilà donc pour ce disque original, le premier de Johnny, dans lequel il s'est investi particulièrement et qui ouvre la tradition de ses collaborations rapprochées avec des auteurs dévoués. Il y a de bonnes idées, des mid-tempos sympathiques, du rock'n'roll ("Tu as de la Chance", où Johnny s'adresse aux filles qui peuvent éviter naturellement le service militaire). Pas de tube mais ça reste un effort louable, en cette période bancale pour l'artiste.



avatar
Hello
Chef coq indien

Points : 260647
Messages : 245631
Réputation : 447
Date d'inscription : 06/11/2009
Age : 48

http://johnny-hallyday-4.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1965

Message par Hello le Mer 02 Jan 2019, 21:51








Johnny HALLYDAY - Johnny Lui Dit Adieu (1965)


Que reste-t-il de Johnny HALLYDAY durant les mois de transition entre Johnny Reviens ! Les Rocks les Plus Terribles (juillet 1964) et son futur album 30 cm de l'été 1965 ? Pas grand-chose, mis à part une chanson mythique, "Le Pénitencier".

Ce n'est pas l'EP resté inédit paru en janvier 1965 qui fait exception à la règle, au constat d'un Johnny qui tente honorablement de rester dans les clous et de poursuivre sa carrière, en conformité avec les limites des permissions que l'armée lui concède, et qui doit grandement se faire aider pour cela.

Son beau-frère Eddie Vartan se débrouille pour que les arrangements de nouvelles chansons, plutôt des adaptations encore à ce moment, soient prêts et Johnny n'a qu'à poser sa voix. Il était temps que les choses bougent, à l'écoute de Johnny Lui Dit Adieu, même si cela doit encore prendre des mois.

Les quatre chansons proposées sont aussi vite oubliées qu'écoutées, sauf bien sûr pour certains fans qui se révèlent plus cléments et qui, peut-être à l'époque s'ils l'ont connue, attendent impatiemment une nouvelle production de leur idole.

Le son choisi est très proche des standards de la Motown qui grimpe en flèche en ce milieu d'années 60, exit le rock'n'roll donc. Il y a bien quelques guitares, Mick Jones apporte de belles couleurs sur "Un Ami Ça N'a Pas de Prix", et la batterie de Tommy Brown fait un excellent boulot tout le long.

Les textes restent démesurément naïfs, et la présence de l'orchestre, choeurs et trompettes, bien trop envahissante. Les tics de la variété sont ce qu'ils sont. Même en étant fidèle, "Johnny Lui Dit Adieu" n'égale aucunement la sensualité de "Tell Her Johnny Said Goodbye" par Jerry JACKSON, qui présentait des choeurs gospel plus beaux.

Celle de "Moody River" ("Maudite Rivière") est à peine meilleure que toutes les autres, mais l'originale de Pat BOONE est une ballade country, nettement plus lente et il y a donc là un véritable travail de refonte. "On Te Montrera du Doigt" est énervante à cause de son refrain, malgré des paroles déjà mieux choisies, incisives comme les guitares. Johnny semble en pilote automatique tout le long.

Bref, on ne parle de cet EP mineur et oublié que pour combler le vide de quelques mois, par souci d'exhaustivité et afin de profiter un peu plus des pochettes de Johnny bidasse.







avatar
Hello
Chef coq indien

Points : 260647
Messages : 245631
Réputation : 447
Date d'inscription : 06/11/2009
Age : 48

http://johnny-hallyday-4.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1965

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum